Rétrécissement aortique

Le rétrécissement aortique

Le cœur est une pompe qui éjecte le sang dans tout l’organisme à travers l’aorte. L’aorte est comme un tronc d’arbre dont les branches seraient toutes les artères de l’organisme.
Il existe, au niveau du branchement de l’aorte sur le cœur, un clapet anti retour appelé valve aortique. Ce clapet empêche le sang de revenir en arrière et le force à circuler toujours dans le même sens. Il existe 3 autres clapets dans le cœur :

  • Entre le ventricule droit et l’artère pulmonaire, c’est la valve pulmonaire
  • Entre l’oreillette gauche et le ventricule gauche, c’est la valve mitrale (car elle a une forme de mitre d’Evêque)
  • Entre l’oreillette droite et le ventricule droit, c’est la valve tricuspide (car elle est constituée de 3 feuillets appelés cusps)

Chacun de ces clapets peut se mettre à fuir, on parle alors d’insuffisance, ou bien peut se rétrécir, on parle alors de rétrécissement.
On s’intéresse dans cet article au rétrécissement aortique. Ce rétrécissement réalise un obstacle à l’éjection du sang par le cœur. Le cœur doit se muscler pour pouvoir éjecter correctement le sang, il s’épaissit.
La principale cause de ce rétrécissement est la dégénérescence liée à l’âge. La valve aortique se calcifie, devient plus rigide. Elle a de plus en plus de mal à s’ouvrir.

La valve aortique comme la valve tricuspide se compose de 3 feuillets. Il arrive que l’on naisse avec seulement 2 feuillets. Ces feuillets vont se calcifier et le rétrécissement aortique apparaît fréquemment, mais pour des patients beaucoup plus jeune.
Ce rétrécissement aortique crée des turbulences au niveau du flux sanguin, turbulences qui se traduisent par un souffle à l’auscultation cardiaque.
Petite parenthèse sur les souffles au cœur. Un souffle traduit des perturbations au niveau de la circulation sanguine au sein du cœur.

Il peut-être de 2 types :

  • Organique, c’est-à-dire qu’il existe une anomalie cardiaque responsable de ces turbulences
  • Fonctionnel, aucune anomalie n’est identifiée, le souffle n’a aucune conséquence, on le retrouve dans l’enfance et il disparaît spontanément

Les souffles organiques peuvent être liés à une anomalie de la valve (aortique, mitrale, tricuspide ou pulmonaire) à type de rétrécissement ou d’insuffisance. Plusieurs valves peuvent être le siège d’anomalie, et plusieurs anomalies peuvent survenir sur la même valve. Ils peuvent être liés à une anomalie de paroi, un trou entre les 2 ventricules ou entre les 2 oreillettes. On parle alors de communication inter auriculaire (ou CIA) et de communication inter ventriculaire (ou CIV).
Il est difficile à l’auscultation de différencier un souffle organique, d’un souffle fonctionnel. De plus avec l’avènement de l’échographie cardiaque, la science de l’auscultation se perd peu à peu.

C’est donc l’échographie cardiaque qui affirme le diagnostic de souffle cardiaque. En cas d’atteinte valvulaire, on parle de valvulopathie. L’échographie cardiaque permet d’évaluer le type de valvulopathie, son importance, ses caractéristiques, son retentissement sur le cœur.

Les symptômes du rétrécissement aortique sont de 3 types. Ils surviennent essentiellement à l’effort. Au repos, le sang arrive à circuler normalement, mais dès que le patient fait un effort, il a besoin de plus de sang, et le cœur à beau pousser, il n’arrive pas à éjecter suffisamment de sang. Le patient se plaint donc à l’effort :

  • D’essoufflement
  • De douleur dans la poitrine (le cœur n’est pas assez irrigué)
  • De malaise (le cerveau n’est pas assez irrigué)

L’unique traitement consiste à remplacer la valve aortique lorsque celle-ci est trop rétrécie, que le patient présente des symptômes et que l’on constate un retentissement sur le coeur. On peut prescrire des médicaments qui agiront sur les symptômes, mais pas sur le degré de rétrécissement de la valve.
La valve peut être remplacée de 2 façons.
Soit par une opération à cœur ouvert.
Soit comme une coronarographie, en passant par l’artère fémorale et donc sans ouvrir la poitrine. Cette intervention est connue sous le nom de remplacement valvulaire aortique percutané (ou en anglais TAVI, Trans Aortic Valvular Implantation). Cette technique est réservée à certains cas particuliers. Elle a été inventée par un français, le Pr CRIBIER qui fut l’un de mes maîtres.

L’opération à cœur ouvert permet de remplacer la valve soit par une bioprothèse (en péricarde de cheval), soit par une prothèse mécanique qui dure plus longtemps, mais nécessite un traitement anticoagulant.
Dans la technique du Pr CRIBIER, on n’implante que des bioprothèses, similaires à celles qu’on utilise dans la chirurgie à cœur ouvert.
Quelle que soit la technique utilisée, elle entraîne une guérison définitive et sans séquelle.